Published by ANNE DENIAU aka ANN RAY

Je photographie "Le Parc" au Palais Garnier, je regarde ces jeux du plaisir et des sentiments. Je photographie ce pas de deux insensé qui m'apparaît désespéré et je pense une nouvelle fois à la phrase de Pessoa qui figure sur la brochure de l'Opéra :
"L'espoir est le devoir du sentiment".

Je me replonge dans Pessoa, et je me souviens comme j'aime cet auteur...

Penser à le relire. Tout.






"Ce que tu fais, fais-le supêmement."

"La plupart des gens ont des sensations conventionnelles."

"La distinction réelle se fait entre adaptés et inadaptés : tout le reste est littérature."

"La beauté est le nom de quelque chose qui n'existe pas et que je donne aux choses en échange du plaisir qu'elles me donnent."

«Les choses n'ont pas de signification : elles ont une existence.»

«La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas.»

«C'est l'amour qui est essentiel, le sexe n'est qu'un accident.»

et enfin :

«Aimer, c'est l'innocence éternelle, et l'unique innocence est de ne pas penser.»



Et puis.
Je me demande pourquoi ce geste, ce geste-là précisément, me fait frémir, m'emporte et puis m'achève. Une main sur un visage, comme pour l'apprendre par coeur avant l'oubli. Non, ce n'est pas ça, au contraire. L'apprendre par coeur du bout des doigts, avant le départ, pour ne pas l'oublier...

Le devoir du sentiment.


 



 
To be informed of the latest articles, subscribe:

Comment on this post

ANNE DENIAU aka ANN RAY 03/08/2009 20:00

;-) voilà. C'est ce que je voulais dire... A tout faire vite on fait mal, n'est-ce-pas ? Apprendre un visage par coeur, du bout des doigts, avant le départ... pour ne pas l'oublier. Bien sûr.

Bleguine 03/08/2009 19:47

apprendre un visage par cœur pour ne jamais l'oublier est plus joli (avis purement personnel). Le voir par un autre sens que celui de la vue...