Published by ANNE DENIAU aka ANN RAY

vague.jpg

Messages in a bottle ? Oh no. A sailor explained to me that it is a serious thing , you should not play with messages in a bottle. You should not take it lightly.

Non, juste des messages. Retrouvailles avec l'encre, les encres, et le papier. Le plaisir de la page blanche. Choisir un stylo, ou un feutre, ou un crayon. Avec soin. Regarder la plume courir sur le papier. L'écouter. Froisser. Recommencer. Soupirer. Ecrire, écrire encore. Jusqu'à ce que, just like that, les mots épousent la pensée.

Ecrire écrire encore. Suivre. Poursuivre. La pensée l'inspiration la fièvre, quand c'est là, suspendre tout le reste, et poursuivre, le jour, la nuit, peu importe. Pour écrire, aller là où il y a ce bruit des vagues 24h/24h. Arrêter d'écrivailler des bribes de, des morceaux de, pas même des fragments. Tiens, emporter les "Fragments..." de Barthes, relire ce livre parfait pour la 27ème fois. Le seul que je puisse lire quand j'écris. Et puis de la musique aussi, bien sûr, comment faire sans musique ? ;-) Ecrire, écrire vraiment, résolument, totalement. 

Un dossier de toile rouge, épais, débordant. It's about time. Un dossier noir, aussi.

Là tout de suite maintenant : renouer avec l'écriture. Prendre des feuilles et des carnets, pour se souvenir comment c'est d'écrire, et écrire n'importe quoi, enfin non, oui, peu importe, des déambulations au hasard des pensées, des feuilles et des papiers. Comme c'est bon d'écrire... ;-) Messages in a bottle ? Même pas ;-)
message001

message002

message003



Comment on this post

aléna 03/29/2010 00:08


Ah oui oui! il faut retrouver l'écriture, la main, le geste... je l'ai un peu perdu moi aussi, ce geste, et je crois qu'il faut qu'on se retrouve, lui et moi... Avec le clavier (qui n'est pas d'un
piano malheureusement) on perd ce geste, son amplitude, sa générosité...


mimylasouris 03/28/2010 22:54


Blanc sur noir. Assez fantastique. Comme les ombres des ballets, négatif de la réalité (s)ombre.
Ah, écrire à en perdre le fil de la plume...


Philippe M. 03/28/2010 16:23


Je vous suis avec constance. Je n'écris pas souvent. Je dois dire que je ne sais pas comment vous faites, vous arrivez toujours à me surprendre. J'ai envie de vous le dire aujourd'hui : Continuez.
Des images, comme vous dites, des mots, ce que vous voulez, mais continuez. Merci.