Published by ANNE DENIAU aka ANN RAY

w suspension

 

C'est toi, si Chère Amie, toi qui me connaît par coeur, toi qui me parle tout bas, c'est toi qui m'a parlé tout à l'heure des points de suspension...

Il paraît que j'en mets partout... Tu me disais à quel point tu les aimes... Je les aime tout autant, et ça ne t'étonnera pas...

Les points de suspension... Tellement signifiants...

 

 

...

 

 

Un souffle un murmure une respiration...

Une errance une divagation une déambulation...

Un sourire une caresse une confidence...

Un abandon une vérité une confiance...

Un infini un univers un absolu...

Un dénouement un dénuement une mise à nu...

Une peur un doute une crainte...

Un dessin un fusain une toile peinte...

Un demain un après-demain un plus tard...

Un apercevoir un percevoir un voir...

Une joie une ivresse un enchantement...

Un lieu du crime une arme encore chaude un suspect innocent...

Une transparence une simplicité une évidence...

Une plaisanterie une extravagance une impertinence...

Un j'aimerais un j'aimerais bien un j'aimerais tellement...

Un intime un timide un intimidant...

Une coïncidence un hasard une étrangeté...

Une fenêtre une porte une échappée...

Une interruption un prochain arrêt une cessation...

Une légèreté un nuage une suspension...

Un si tu veux un si tu peux un comme tu veux...

Un au revoir un salut un adieu...

Une note de bas de page une remarque une didascalie...

Un air une mélodie une harmonie...

Une aube une heure entre chien et loup un crépuscule...

Un équilibriste un voltigeur un funambule...

Une réflexion une hésitation une interrogation...

Une décomposition une composition une superposition...

Un plein un délié une enluminure...

Un signe un signal une signature...

Un souhait une envie un désir...

Un chagrin une larme un soupir...

Une beauté une inclinaison un ravissement...

Un trouble un vertige un évanouissement...

Un oui un non un je ne sais pas...

Un pas feutré un pas compté un pas à pas...

Un contre-temps un temps arrêté une intermittence...

Un retranchement une pudeur une décence...

Une attention une dévotion une délicatesse...

Une sollicitude une empathie une politesse...

Un mystère un secret une énigme...

Un prisme une perspective un abîme...

Une mélancolie un désespoir une lassitude...

Un prologue une préface un prélude...

Un prodige une merveille un phénomène...

Un refrain une sarabande un chant des sirènes...

Un désastre un dommage des dommages...

Un reflet une illusion un mirage...

Une année une semaine une heure...

Une contenance un extérieur un intérieur...

Un frémissement une émotion un frisson...

Une lettre un mot un son...

Une disparition une ellipse une éclipse...

Une ébauche un manuscrit un palimpseste...

Un tu un toi un je...

Une île une terre inconnue une plume tombée d'un ange...

Une promesse un serment une résolution...

Un postulat un théorème une équation...

Un clin d'oeil un haussement d'épaules un hochement de tête...

Une invitation un festin une fête...

Une feuille blanche un carnet un parchemin...

Une pluie du soir un orage lumineux une rosée du matin...

Une essence un effluve un parfum...

Un trois fois rien un presque rien un rien...

Un invisible un minuscule un immense...

Un silence deux silences trois silences...

 


Parfois j'aimerais qu'on me lise sans que j'ai besoin d'écrire...

 

 

...

 

 

 

 

 

 

Comment on this post

Anne D. 04/13/2010 19:32


C'est bien vous...! le chat qui retombe toujours sur ses pattes... ;-) Votre venue est suffisamment rare pour que je vous réponde mieux qu'avec trois petitis points. Pensées dans le désordre : Une
amie de longue, longue date qui me disait tout à l'heure, alors que j'employais des mots qui ont un sens particulier pour toutes les deux et pour personne d'autre - des codes, en fait - : "c'est ça
qui est génial avec les gens que l'on aime et connaît vraiment, c'est que les conversations sont merveilleuses parce que chaque mot est parfaitement compris. D'ailleurs les mots sont superflus."
Voilà. Et puis... Parfois c'est difficile d'écrire. Je préfère les conversations, je préfère toujours voir, on peut ajuster ses mots, on peut rectifier, ça se fait à deux, ce n'est plus un
monologue. Deux monologues qui se rencontrent ne feront jamais une conversation... il me semble ;-) D'où la beauté des points de suspension... qui ne disent rien, et tout. Finalement de quoi
parle-t-on, si ce n'est de la douceur d'être compris ? Tiens pour une fois ce n'est pas Baudelaire qui me vient à l'esprit, mais Verlaine ;-) Prenez soin de vous, how is the road these days ? x


Cha. 04/13/2010 15:24


"Parfois j'aimerais qu'on me lise sans que j'ai besoin d'écrire..." -> Ce serait si simple... peut-être que c'est ça, l'Amour, après tout...


Anne D 04/10/2010 19:58


Parce que...


Greg 04/10/2010 19:52


Vague ? Je trouve au contraire que ces mots sont d'une précision troublante (Et l'ensemble résonne longtemps comme une musique têtue. C'est magnifique). Pourquoi ?


Anne D. 04/10/2010 19:40


Parfois tout est vague... Eloge du flou...Des lignes en douce...


mimylasouris 04/10/2010 18:04


(vous lire en suspension, vous écrire sur la pointe des pieds)

Ces lignes en douce cascade, on dirait le ressac de la mer, les points de suspension comme écume, avant que le trop intense de la gradation ne s'éblouisse dans le blanc de la page.


Anne D 04/10/2010 17:32


Oui, j'aime beaucoup la virgule aussi, irrévérencieuse ou discrète, attentive, légère, légère, ...


aléna 04/10/2010 15:19


Je souris : tu écris sur les points de supsension, moi sur les parenthèses, et tu me conseilles la virgule!!
Me touche bcp cette photo.
;-)


Anne D. 04/10/2010 13:12


Je le savais... xo


Emeline 04/10/2010 07:44


Décidément, j'adore les points de suspension...