Published by ANNE DENIAU aka ANN RAY

Mats EK, chorégraphe.


Chaque instant, chaque geste, chaque regard me bouleverse, à toutes profondeurs.

Comment choisir un instant plutôt qu'un autre ?

Peut-être cet instant-là, ce duo dans le silence, ce duo qui m'achève. Tendre et cruel.

 

"Cet obscur objet du désir" ? ... Ou, plus simplement, un fragment de "La maison de Bernarda Alba".

 

Mats Ek • Opéra Garnier, Paris • April 2011

 

 

 

 

w©ADeniau2011 MatsEK-0374

 

 

 

w©ADeniau2011 MatsEK-0599

w©ADeniau2011 MatsEK-0600

w©ADeniau2011 MatsEK-0611

w©ADeniau2011 MatsEK-0619

w©ADeniau2011 MatsEK-0621

w©ADeniau2011 MatsEK-0622

w©ADeniau2011 MatsEK-0623  

w©ADeniau2011 MatsEK-0625 

w©ADeniau2011 MatsEK-0628

w©ADeniau2011 MatsEK-0633

w©ADeniau2011 MatsEK-0640

w©ADeniau2011 MatsEK-0642

w©ADeniau2011 MatsEK-0646

w©ADeniau2011 MatsEK-0647

w©ADeniau2011 MatsEK-0663

w©ADeniau2011 MatsEK-0664

w©ADeniau2011 MatsEK-0666

w©ADeniau2011 MatsEK-0669

 

Charlotte Ranson & Stéphane Bullion.

 "La Maison de Bernarda Alba", Opéra Garnier, 2010.

 

 

ALL PICTURES © Anne DENIAU 2011 - Copyright laws apply - Reproduction strictly prohibited.

 

 

 

 

 

 

 

Comment on this post

top paper writing service 03/04/2015 11:03

Wow that was an amazing dance form which shows the extreme effort of both the dancers. What makes me more impressive was their postures are very perfect and stiff. I have been writing a good article on dance forms with top paper writing service. This share gave me good knowledge.

omni tech support guides 11/19/2014 12:23

I have not seen an opera performance before and I was curious to go through the pictures taken at such a performance. The wild nature of the theme presented by these artists was inspiring and I loved the images of this opera performance.

Mélisande 04/28/2011 11:17


Vos photos, quel choc. Mats Ek a l’art de frapper fort, et vous de transmettre cette force.
Hier soir, une fois que certains spectateurs à l'amphithéâtre avaient cessé leurs ricanements et commentaires douteux à la vue de ce duo, un certain silence a fini par s'installer. Et chose
étrange, surréaliste, dans ce silence pesant et oppressant, j'ai entendu de la musique pendant tout le pas de deux. Et cette musique sortait par chaque pore des deux danseurs.


mimylasouris 04/25/2011 19:36


Oui. À bientôt. (Oui, aussi, Kundera peut être très agaçant avec ses assertions. C'est une bonne raison de ne pas beaucoup l'aimer. Valable, contrairement à d'autres.)


Anne D. 04/24/2011 15:21


@Mimy : Merci !!! Je sais votre attachement à Kundera, que je n'aime pas beaucoup, ou pas suffisamment (mais je me demande si je ne devrais pas le relire ? ) mais là je suis bluffée : ce que vous
dites sur la mémoire, les images fixes et non le film (mouvement continu) c'est tellement... juste ! inspirant ! véritable révélation... merci, pour ça et pour le vos messages. Touchée. A bientôt ?
;-)


mimylasouris 04/24/2011 08:09


"Rubens [sobriquet d'un personnage de Kundera, pas le peintre] découvrait une chose assez curieuse: la mémoire ne filme pas, la mémoire photographie. Ce qu'il avait gardé de toutes ces femmes, dans
le meilleur des cas, c'étaient quelques photos mentales. Il ne voyait pas ses amies en mouvement continu ; même très brefs, les gestes ne lui apparaissaient pas dans leur durée, mais figés dans une
fraction de seconde."
Merci d'élargir la mémoire de ce moment pour ainsi dire hors du temps par vos photos qui convoquent comme rarement (est-ce l'absence de musique ?) l'instant d'où elles ont surgi.


Anne D. 04/23/2011 16:36


Merci à vous...


Fab 04/22/2011 12:11


MERCI pour ces photos! Elles restituent à merveille la force, la beauté et la violence de ce pas de deux sans musique. Chapeau bas...