Published by ANNE DENIAU aka ANN RAY

00-2010-last-2823.JPG

 

 

She was elegant and one of a kind. Only her made me complete. Her name was Audrey but the first time we met she said "Just call me Zoé". She said there could be only one "Audrey", and she never had breakfast at Tiffany's. And we laughed and she remained silent all of a sudden and we smiled. She then said "Hello Stranger" and she would call me Stranger for ages. We would meet endlessly in the dim light of a bar called "Unplugged", at the corner of 22nd. Every thursday around 7 PM.  She was elegant and one of a kind. She finally asked for my name after a few weeks but she kept calling me Stranger. Actually she asked first : "Would you mind if I keep calling your Stranger ? ". She would start many sentences that way, "would you mind if...". She could speak widely and you never knew what was real and what was illusion. Once she asked : "Did you ever noticed ? Nobody says "when dreams come real", everybody says "when dreams come true". Maybe that's why. Why the only thing that matters is truth. Reality might be just an illusion. Not truth." Some other time she would describe with intricate details how to count efficiently the leaves on a tree, how to cook perfectly a lemon meringue pie, how to make the right decision when you're caught in a whirl of mixed feelings. She was elegant and one of a kind. Only her made me complete. She had a special gift for truth and human beings. She was leading the conversation in order to bring you where you wished to go, as far as possible, where you would not dare to wander alone, a few seconds before you realised it yourself. And then she would surprise you, time after time, in the dim light of a bar called "Unplugged", at the corner of 22nd, with details that nobody ever mentioned to you about trees, lemon pies or diamonds. After a deep exchange she would give you a pause made of lightness and subtle colors, a few moments before the exact instant when you needed it, when you were just about to ask for it. She would preceed you anywhere on the scale of time, in the flow of the conversation, with a care I've never seen in anybody else. In her very special style, she would open the way for you, with absolute dedication and  some sort of soft honesty. She had a special gift for truth and human beings. She was elegant and one of a kind. Only her made me complete. She once said : "Would you mind if I gave you a piece of advice ? Maybe we should stop the thursday-7PM-thing, maybe you should run away from me, since you can just watch and not touch." I replied "like at Tiffany's", and we laughed and she remained silent all of a sudden and we smiled. Week after week though we kept spending time under the dim light of a bar called "Unplugged", at the corner of 22nd, we would always order one single glass of beer that we shared, one after one, one at a time ; we would read one single book together, we would share one lonely cigarette. She said maybe we were settling some rites, she said rites are the foundation of a civilisation, I suggested we created a new civilisation. She found me already super-civilized, with a Z. She said. I don't know if that had anything to do with reality, but the truth was that I was perfectly happy when watching her, and talking with her, and watching her again. Whatever she may wear, she had a sense of details, fabrics, shades, that was second to none. She explained that when she get dressed, even if she decided to wear a pair of jeans and a plain tee-shirt, she would go for the 4 C rules. The rules for diamonds : Cut, Clarity, Color and Carat Weight. She added that the "Carat weight" was the most difficult part, maybe the weight of the soul,  merely a few grams, something invisible but noticeable. She explained that when she get dressed, she had to get ready for "something, anything, anytime". She had a special gift for truth and human beings. She was elegant and one of a kind. Only her made me complete and I loved her to such an extend that it was difficult to understand. Once I was asked what I liked in her and I could not think of any answer. She had herself a boyfriend, which broke my heart, but everytime I would see her I realised how unique she was. How I could not have enough of her. How I could not imagine life without her, now that we had met. Maybe she was as explicit as I was implicit. Maybe I liked her long sentences as much as she liked my scattered words. Maybe we liked to share a beer in the dim light of a bar called "Unplugged", at the corner of 22nd. It's hard to know really. She was explicit in her own way, wrapped in an aura of mystery made of truth, transparency and possible fading. These three elements gathered as a fairly peculiar entity, I imagine that in a thriller she would not have been a weapon nor a witness, but an evidence, an evidence to be quickly examined given its next disappearance, something as ephemeral as a half-fingerprint or a severly burnt letter. A fragile evidence, for sure, nevertheless a major evidence. At the end of the day, maybe she was nothing but the evidence of existence that we all keep longing for, the impermanent evidence of my own existence. She was elegant and one of a kind. Only her made me complete. She had herself a boyfriend, which broke my heart, but everytime I hear this song it makes me think of her. 

 

 

 

 

00-2010-last-2824.JPG

 

00-2010-last-2825.JPG

 

Elle était élégante et unique en son genre. C’est la seule femme avec qui je me sois senti accompli. Elle s'appelait Audrey mais la première fois qu’on s’est rencontrés elle a dit « Appelle-moi simplement Zoé ». Elle a dit qu’il ne pouvait y avoir qu’une seule « Audrey », et qu’elle n’avait jamais pris de petit déjeuner chez Tiffany. Nous avons ri puis elle s’est faite silencieuse soudainement et nous avons souri. Elle a dit ensuite : « Hello Stranger » et elle devait continuer à m’appeler « Stranger » pendant très longtemps. Nous nous rencontrions éternellement dans la faible lumière d’un bar appelé « Unplugged », au coin de la 22ème, chaque jeudi vers 7 heures du soir. Elle était élégante et unique en son genre. Elle a fini par me demander mon prénom au bout de quelques semaines mais elle a continué à m’appeler « Stranger ». En fait elle a pris la précaution de demander : « Est-ce que ça vous dérangerait si je continuais à vous appeler « Stranger » ? Elle avait l’habitude de commencer beaucoup de phrases de cette manière, « est-ce que ça vous dérangerait si… ». Elle pouvait parler longuement et vous ne saviez jamais distinguer la réalité de l’illusion. Un jour elle m’a interrogé : « Tu n’as jamais remarqué ? En anglais personne ne dit « when dreams come real », quand les rêves deviennent réalité. Tout le monde dit « when dreams come true », quand les rêves deviennent vrais. Peut-être que c’est la raison. La raison pour laquelle la seule chose qui importe c’est la vérité. La réalité pourrait très bien n’être qu’une illusion. Pas la vérité. » Une autre fois elle décrivait avec des détails extrêmement précis la manière efficace de compter les feuilles des arbres, de faire à la perfection une tarte meringuée au citron,  ou de prendre la bonne décision lorsque l’on est emporté dans une spirale de sentiments mêlés. Elle était élégante et unique en son genre. C’est la seule femme avec qui je me sois senti accompli. Elle avait un talent particulier pour la vérité et le genre humain. Elle menait la conversation de façon à vous emmener là où vous aviez envie d’aller, aussi loin que possible, là où vous n'auriez jamais osé vous aventurer seul, quelques secondes avant que vous l’ayez réalisé vous-même. Et ensuite elle vous surprenait, à chaque fois, dans la faible lumière d’un bar appelé « Unplugged », au coin de la 22ème, avec des détails que personne n’avait jamais mentionnés devant vous, sur les arbres, les tartes au citron ou les diamants. Après un échange profond elle vous accordait une pause, toute en légèreté et couleurs évanescentes, quelques instants avant le moment exact où vous en aviez besoin, où vous alliez demander cette pause. Elle vous précédait n’importe où sur l’échelle du temps, dans le flux de la conversation, avec un soin que je n’ai jamais observé chez personne. Dans son style inégalé, elle ouvrait le chemin pour vous, avec une dévotion totale et une sorte de douce honnêteté. Elle avait un talent particulier pour la vérité et le genre humain. Elle était élégante et unique en son genre. C’est la seule femme avec qui je me sois senti accompli. Un jour elle m’a demandé : « Est-ce que ça vous dérangerait si je vous donnais un conseil ? Peut-être que nous devrions cesser ce truc du jeudi soir vers 7 heures, peut-être que tu devrais t'enfuir, parce que vous savez vous pouvez seulement regarder, mais pas toucher. » J’ai répondu : « Comme chez Tiffany ? » . Nous avons ri puis elle s’est faite silencieuse soudainement et nous avons souri. Semaine après semaine cependant nous avons continué de passer du temps sous la lumière faible d'un bar appelé « Unplugged », au coin de la 22ème , nous commandions toujours un seul verre de bière à partager, un après l'autre, mais un seul à la fois ; nous lisions un seul livre ensemble, nous partagions une cigarette solitaire. Elle a dit : "Peut-être que nous sommes en train d'établir des rites ; les rites constituent le fondement d'une civilisation". J'ai suggéré de créer une nouvelle civilisation. Elle a répondu qu'elle me trouvait déjà super-civilizé. Avec un Z. Je ne sais pas si ça a quoi que ce soit à voir avec la réalité, enfin la vérité c’est que j’étais parfaitement heureux en la regardant, en parlant avec elle, puis en la regardant à nouveau. Quoiqu’elle portât, elle avait un sens des détails, des tissus, des nuances, tout à fait étonnant. Elle m’expliquait que quand elle s’habillait, fût-ce simplement avec une paire de jeans et un tee-shirt, elle s’imposait de suivre la règle des 4 C. Les règles pour les diamants : Cut, Clarity, Color & Carat. Coupe, Clarté, Couleur et Carat. Elle ajoutait que là règle du Carat était la plus difficile à adapter, que ça pouvait correspondre au poids de l’âme, quelques simples grammes, quelque chose d’invisible mais de décelable. Elle expliquait que quand elle s’habillait elle voulait se sentir prête à quelque chose, n’importe quoi, n’importe quand. Elle avait un talent particulier pour la vérité et le genre humain. Elle était élégante et unique en son genre. C’est la seule femme avec qui je me sois senti accompli et je l’aimais à un point qui était presque incompréhensible. Un jour on m’a demandé ce que j’aimais en elle, et je n’ai pas réussi à formuler la moindre réponse. Elle avait de son côté un petit ami, ce qui m’a brisé le cœur, mais à chaque fois que je la revoyais je me souvenais à quel point elle était unique. A quel point je ne pouvais pas me rassasier d’elle. A quel point je ne pouvais pas imaginer ma vie sans elle, maintenant que nous nous étions rencontrés. Peut-être qu’elle était aussi explicite que j’étais implicite. Peut-être que j’aimais ses longues phrases autant qu’elle aimait mes mots disséminés. Peut-être que nous aimions partager une bière dans la faible lumière d’un bar appelé « Unplugged », au coin de la 22ème. C’est difficile de savoir en réalité. Elle était explicite d’une manière inédite, qui lui appartenait, enveloppée dans une aura mystérieuse faite de vérité, de transparence et de probable évanouissement. L’ensemble composait un résultat étrange, je suppose que dans un roman noir elle aurait été non pas arme ou  témoin mais preuve, une preuve à examiner d’urgence parce que menacée de disparition prochaine, peut-être quelque chose d’aussi éphémère qu’une demi empreinte de doigt ou une lettre partiellement brûlée. Une preuve fragile, c’est certain, une preuve d’importance néanmoins. Peut-être au fond n’était elle que ça, la preuve d’existence que nous cherchons tous, la preuve fugace de ma propre existence. Elle était élégante et unique en son genre. C’est la seule femme avec qui je me sois senti accompli. Elle avait de son côté un petit ami, ce qui m’a brisé le cœur, mais à chaque fois que j’entends cette chanson je pense à elle. 

 

 

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comment on this post

Anne 10/19/2010 20:17


@Mimy : touchée.
@Dearest E. : touchée coulée


Emeline 10/19/2010 11:37


I love this article. You found the right words. You always find them, in fact. Lucky are the people who read them.

xo


mimylasouris 10/19/2010 08:30


Now you know why you like her : because she speaks of leaves, lemon pies and diamonds ; that's no reason, just evidence.
It's hard to tell what you most admire when reading this text, the one of a kind woman or the stranger who wrote about her.